MFR au Togo

togo-intro

 

Caractéristiques générales de l'Union et des MFR dans le pays


sans-titre2

Caractéristiques associatives de l’Union et des MFR (nature des membres des CA) :

  • CA des MFR : 9 membres en moyenne dont 6 issus des familles, 2 des professionnels et regroupements, 1 autre. Nombre moyen de femmes : 2.

  • CA de l’Union : 4 parents, 4 permanents dont 1 femme.


Les formations proposées


sans-titre3

Origine des financements : 13 % financement des familles et financements internationaux.

Perspectives : 60 % financement Etat et PTF.

Projets de formations nouvelles : Entrepreneuriat agricole et augmentation du temps de formation de 1 à 6 mois pour aviculture villageoise et maraîchage biologiques et savonnerie.

montage-togo

 

L'insertion et le développement local


Accompagnement des projets d’insertion socioprofessionnelle : Plusieurs programmes ont été initiés par le gouvernement togolais pour appuyer l’insertion des jeunes : le PRADEB, FNFI ; le FAEIJ. Mais ces programmes sont plus orientés vers des jeunes diplômés de l’université et des diplômes supérieurs reconnus. Au niveau du PRADEB et du FAEIJ, quelques jeunes issus des MFR sont en train de monter des demandes. Les jeunes estiment que le FNFI ne peut pas leur permettre de développer une activité agricole. Les jeunes mieux organisés commencent par s’insérer dans le système de micro-finance à travers des crédits coopératifs. Le Crédit agricole de Rhône-Alpes a fait don de 15 000 € comme garantie pour faciliter l’accès au crédit.

Taux d’insertion : 70% en formation initiale et 100% en formation continue.

Nature des partenariats locaux : Autorités locales (Conseil de Préfecture de Tchaoudjo ; Chefs de village, chefs canton ; CVD), organisations professionnelles (UAR-P ; ICAT ; Village renaissance ; SCOOPS Yaokopé), Institutions de micro-finance (WAGES ; FUCEC), Centres de formation (CIDAP), Associations et ONG (FODES ; RESODERC ; AGAIB).

 
L'ancrage institutionnel de l'Union et des MFR

Politiques publiques en lien avec le mouvement togolais : la formation et l’emploi des jeunes surtout ruraux, la sécurité alimentaire des familles et du pays, le développement de la formation professionnelle pour les déscolarisé, le développement de la formation agricole et rurale (FAR) et des programmes de développement de l’entreprenariat des jeunes. Les actions du mouvement menées sont les suivantes : plaidoyer auprès des partenaires ; inscription dans le réseau des centres de formation agricole au niveau du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) ; participation à des ateliers de réflexions sur la FAR.

Alliances de l’Union : Le conseil permanent des chambres d’agriculture du Togo ; le réseau des centres de formation agricoles ; le conseil de préfecture de Tchaoudjo.

Articulation avec l’AFD : la FAR est une des priorités. Une phase préalable à un programme de renforcement de centres de formation (dont les MFR) est en cours (financé au Nord du pays par l’AFD et au Sud par la GIZ).

 
Perspectives 2015-2018

Les enjeux stratégiques :

  • Former un grand nombre de jeunes et de femmes pour leur insertion socioprofessionnelle à travers le fonctionnement de 8 MFR

  • Renforcer l’insertion socioprofessionnelle des ruraux par la mise en place au sein de l’Union d’une « Cellule d’Appui à l’Installation des Formés (CAIF) »

  • Améliorer la qualité de la formation par la mise en place des plans-types de formation pour une formation entrepreneuriale agricole et des formations en métiers artisanaux.


Les besoins d’appui des MFR et de l’Union :

  • L’appui dans la diversification des partenaires et dans la mise en place des plans de mobilisation efficaces de ressources

  • L’appui dans le renforcement technique et pédagogique des moniteurs

  • L’accompagnement dans l’identification et la mise en place des systèmes efficaces d’insertion des jeunes sortis.

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!